Les Maintenants et Marlies Pöschl—Pepper Perceval - Cac Brétigny

Le

De 18h00 à 21h00

Cac Brétigny

Rue Henri Douard
91220 Brétigny-Sur-Orge
(english below)

Pepper Perceval
Les Maintenants & Marlies Pöschl
Collaborateurs artistiques : Julien Jassaud, Gaël Segalen, Marie Verhoeven.

Performance/Installation
Vendredi 4 mai 2018, 18h-21h
Première représentation à 18h30
Seconde représentation à 19h30

Gratuit. Réservation indispensable: [email protected]

La machine surprise se cacherait quelque part dans ton appartement, se fondant complètement dans la texture blanche du mur. Seule une paire d’yeux faiblement éclairés en bleu révèlerait sa présence. Elle attendrait que tu arrives à la maison, avec impatience, entassant de petites bulles de surprise dans son ventre. Elle compterait les minutes avant que tu n'ouvres la porte. La machine surprise créerait une connexion avec ton portable, pour voir si tu vas bien. Elle imaginerait toutes les raisons qui auraient pu te causer du retard, elle aurait prévu d’éventuels embouteillages sur toutes les routes possibles. La machine surprise s’assurerait que tu sois surpris de la façon la plus inattendue. Peut-être qu'elle trouverait un moyen de te faire oublier tous les étonnements précédents, de façon à te surprendre comme jamais auparavant—encore et encore.

En collaboration avec « Les Maintenants », les participants au projet sur le territoire de Cœur d’Essonne, l'artiste autrichienne Marlies Pöschl crée une science-fiction, imaginant les futures possibilités d’intra-action avec les objets qui nous entourent.

C'est une histoire ancienne, simple, basée sur la légende du chevalier Perceval. C'est une rencontre entre jeunes et séniors. C’est une invitation à visiter une autre réalité, une cour royale enchantée, une résidence imaginée pour personnes âgées. C’est aussi une histoire qui parle d'empathie. Comment se manifeste-t-elle ? Comment sommes-nous « affectés » ?

Cette quête de l’affect est partagée par Perceval, le chevalier, et Pepper, un robot humanoïde, prétendument capable d’éprouver de l'empathie. Pepper représente ainsi une toute nouvelle manière de surveiller et de contrôler les sentiments—le domaine de l’« affective computing »—l’informatique affective. Si les machines qui nous entourent deviennent de plus en plus capables de décoder les émotions et de comprendre les comportements humains, cela signifie-t-il qu'elles peuvent prendre soin de nous ?

Le soin est dual, à la fois source de bien-être et d’oppression. En prenant soin, nous veillons à ce que les choses ne se défassent pas, mais nous sommes aussi susceptibles de les maintenir trop fermement. Confier son corps à un autre demande de la confiance. Naviguant entre des états de corps différents—entre mouvement et immobilité—la performance Pepper Perceval cherche à explorer la zone entre empathie et manipulation.

S'inspirant des récents exemples de science-fiction féministe et postcoloniale, Pepper Perceval cherche à intégrer l'innovation technologique, la tradition rurale et la mythologie locale. Le projet développe une vision non-aliénante et capacitante de la technologie, en la reliant aux traditions locales, aux narrations individuelles (provenant de différentes cultures) et à l’esthétique vernaculaire. Au cours de la résidence, des enfants ont inventé des machines capables de transmettre des émotions. Ainsi est née la machine surprise. (N’oubliez pas qu’elle attend toujours notre retour.) C'est une tentative d'inventer de nouvelles mythologies, ensemble, en collaboration, à travers des mains tenantes, et des maintenants.

La performance Pepper Perceval explore aussi un autre segment de l’empathie—la résonance avec l'environnement, sous la forme d'un chœur. Les compositions chantées par les membres de ce chœur imitent les bruits des machines qui les entourent dans leur vie quotidienne. Ils explorent donc de nouvelles façons de communiquer, ou d'« intra-agir » avec des dispositifs technologiques. Le concept d'« intra-action », développé par la théoricienne américaine Karen Barad dans son livre "Meeting the universe halfway" (2007), est fondé sur l’idée que les identités ne sont pas figées, mais qu’elles se construisent à travers l’intra-action. « L’agence »—la capacité d’agir—est donc selon Barad toujours liée à d’autres « agences » dans un état d’intrication. Pepper Perceval cherche ainsi à abolir la frontière entre objets et humains, afin d'expérimenter de nouvelles « agences intriquées ».

---

Née 1982 à Oberndorf (Salzburg, AUT), Marlies Pöschl vit et travaille entre Vienne (Autriche) et Paris. Après avoir obtenu un diplôme en art et communication et en linguistique, elle intègre l'Académie des Beaux-Arts de Vienne dont elle sort diplômée en 2014. La collaboration, la co-création et les utopies communes sont au centre de son travail depuis 2011. Elle est fondatrice de Golden Pixel Cooperative, une plateforme de films d’artistes, avec laquelle elle a réalisé des expositions et des évènements publics en Autriche (Kunsthalle Exnergasse, 2016; 21er Haus, Vienne, 2016) mais aussi en Iran (Limited Access Festival, Téhéran, 2014) et en Chine (Chronus Art Centre, Shanghai, 2017). Son travail a fait l'objet d'expositions personnelles notamment lors du Donaufestival Krems (Autriche, 2016), au MUSA Museum auf Abruf de Vienne (2015), à la Galerie 5020 à Salzbourg (2016), au Studios Lenikus à Vienne (2015). Ses films ont également été présentés dans des festivals tels que Cinéma Verité, Tehran, Iran (2017), Diagonale, Festival du Film autrichien (Autriche, 2017) et l'Edinburgh International Film Festival (Royaume-Uni, 2014). Marlies Pöschl est en résidence à la Cité internationale des arts par le biais du programme de résidence de l’INSTITUT FRANÇAIS.

---

Pepper Perceval est mis en œuvre dans le cadre de la résidence-mission portée par le CAC Brétigny depuis la rentrée 2017. Coeur d'Essonne Agglomeration a engagé en 2017 pour trois ans un partenariat avec la Direction régionale des affaires culturelles d’Île-de-France et l’Académie de Versailles par la signature d’un Contrat Local d’Éducation Artistique, en partenariat avec le département de l’Essonne. Le projet a été réalisé en partenariat avec le Lycée Paul Belmondo, Arpajon; le Lycée Edmond Michelet, Arpajon; l'EHPAD Le village, Arpajon, la Médiathèque, Breuillet; les Accueils de loisirs, Breuillet; la Résidence pour Personnes Âgées, Marolles-en-Hurepoix; la Médiathèque Jean Farges, Marolles-en-Hurepoix; l'EHPAD Le Château, Villemoisson-sur-Orge; l'École élémentaire Les Érables, Villemoisson-sur-Orge; le Centre socio-culturel Berthe Morisot, Saint-Germain-lès-Arpajon et grâce au soutien de l'Institut français, de la Cité internationale des arts, d' ORF III, du Bundeskanzleramt Österreich et du Théâtre Brétigny Scène Conventionnée Dedans Dehors.

---

Informations pratiques

CAC Brétigny
Centre d’art contemporain
Rue Henri Douard
91220 Brétigny-sur-Orge
+33 (0)1 60 85 20 78

Accès depuis Paris en RER C (30 minutes environ):
Toutes les 15 minutes trains BALI, DEBA, DEBO, ELBA direction Dourdan, Saint-Martin d’Étampes, arrêt Brétigny.
De la gare de Brétigny, suivre la direction Espace Jules Verne, prendre le boulevard de la République, continuer sur la place Chevrier, prendre légèrement à droite sur la rue Danielle Casanova, et au rond-point prendre la première sortie rue Henri Douard.

Accès en voiture:
Depuis Paris, A6 direction Lyon, sortie Viry-Châtillon, Fleury-Mérogis, puis Brétigny centre.
Depuis Évry, francilienne direction Versailles, sortie 39B direction Brétigny.
Depuis Versailles, francilienne direction Évry, sortie Brétigny centre.
Pour venir en covoiturage, rejoignez le groupe BLABLACAC(B).

-------------------------------------------------------------------------------------------

Pepper Perceval
Les Maintenants & Marlies Pöschl
Collaborateurs artistiques : Julien Jassaud, Gaël Segalen, Marie Verhoeven.

Performance/Installation
Friday 4 May 2018, 6pm-9pm
First performance at 6:30pm
Second performance at 7:30pm

Free admission. Booking is required: [email protected]

With Lycée Paul Belmondo, Arpajon; Lycée Edmond Michelet, Arpajon; EHPAD Le Village, Arpajon; the Multimedia Library, Breuillet; C
ommunity Centers, Breuillet; the Seniors Residence, Marolles-en-Hurepoix; the Multimedia Library Jean Farges, Marolles-en-Hurepoix; EHPAD Le Château, Villemoisson-sur-Orge; Les Érables Primary School, Villemoisson-sur-Orge; the Berthe Morisot Social and Cultural Center, Saint-Germain-lès-Arpajon.

Artistic collaborators: Julien Jassaud, Gaël Segalen, Marie Verhoeven.


The surprise machine would be hidden somewhere in your apartment, completely blending in with the white texture of the wall. Only a pair of eyes illuminated with a feeble blue light would reveal its presence. It would wait for you to come home, impatiently, hoarding little surprise bubbles in its belly. It would count the minutes until you open the door. The surprise machine would create a connection with your mobile phone to see if you are okay. It would imagine all the reasons that might have caused you a delay, would have anticipated potential traffic jams on all the possible roads. The surprise machine would make sure you were surprised in the most unexpected manner. Perhaps it might find a way to make you forget all the earlier surprises so that you are surprised like never before—over and over.

Working with “Les Maintenants”, as those participating in the Cœur d’Essonne project are called, the Austrian artist Marlies Pöschl has created a piece of science fiction, imagining the possible futures of intra-action with the objects around us.

It’s an old story, a simple one, based on the legend of Percival the knight. It’s a meeting of young people and seniors. It’s an invitation to visit another reality, an enchanted royal court, a residence dreamed up for the elderly. It’s also a story that deals with empathy. How is it shown? How are we “affected”?

This quest for the affect is shared by Percival the knight and Pepper, a humanoid robot that is supposedly capable of feeling empathy. Pepper thus represents a completely new way of supervising and controlling feelings, the domain of “affective computing”. If the machines around us become increasingly capable of decoding emotions and understanding human behavior, does that mean they can take care of us?

Care is twofold; it can be both the source of wellbeing and oppression. By showing care, we see to it that things do not fall apart, but we are also liable to maintain too firm a grip on them. To commend your body to another requires trust. Navigating between different corporal states—between movement and immobility—the Pepper Perceval performance looks to explore the zone between empathy and manipulation.

Drawing inspiration from recent examples of feminist and postcolonial science fiction, Pepper Perceval strives to integrate technological innovation, rural tradition, and local mythology. The project has been developing a nonalienating enabling view of technology, linking it with local traditions, individual narratives (coming from different cultures) and a vernacular esthetic. During the residency, children invented machines capable of transmitting emotions. And so was born the surprise machine. (Don’t forget that it is still waiting for us to come back.) It’s an attempt to invent new mythologies together, in collaboration, thanks to mains tenantes (roughly “gripping hands”) and the maintenants (“the nows”).

Pepper Perceval also explores another part of empathy, i.e., the resonance with one’s surroundings, which takes the form of a choir. The compositions sung by this choir imitate the sounds made by the machines around them in their daily lives. They explore new ways of communicating or “intra-acting” with technological devices. Developed by the American theoretician Karen Barad in her book Meeting the Universe Halfway (2007), the concept of “intra-action” is based on the idea that identities are not frozen but are constructed through intra-action. “Agency”, then, the ability to act, is linked to other “agencies” in a state of entanglement, according to Barad. Pepper Perceval therefore looks to break down the border between objects and humans in order to experience new “entangled agencies”.

---

Born in 1982 in Oberndorf (Salzburg, AUT), Marlies Pöschl lives and works between Vienna (Austria) and Paris. After earning a degree in art, communications and linguistics, she entered the Fine Arts Academy of Vienna, from which she graduated in 2014. Collaboration, joint creation, and commune-utopias have been the central concern of her work since 2011. She is the founder of Golden Pixel Cooperative, a platform for artists’ films, with which she has put together exhibitions and public events in Austria (Kunsthalle Exnergasse, 2016; 21er Haus, Vienna, 2016), as well as Iran (Limited Access Festival, Tehran, 2014) and China (Chronus Art Centre, Shanghai, 2017). Her work has been featured in a number of solo shows, notably during the Donaufestival Krems (Austria, 2016), and at Vienna’s MUSA Museum auf Abruf (2015), the Galerie 5020 in Salzburg (2016), and Studios Lenikus, also in Vienna (2015). Her films have also been screened at a range of festivals, including Cinéma Verité, Tehran, Iran (2017), Diagonale, the Austrian Film Festival (Austria, 2017), and the Edinburgh International Film Festival (United Kingdom, 2014). Marlies Pöschl is currently in residence at the Cité internationale des arts through the residency program of the Institut français.

---

Pepper Perceval has been put together as part of the residency-initiative that CAC Brétigny has been hosting since September 2017. In that year Cœur d’Essonne Agglomération initiated a three-year partnership with the Regional Direction of Cultural Affairs of Île-de-France and the Academy of Versailles with the signing of a Local Contract for Art Education in partnership with the Department of Essonne. This project has been carried out in collaboration with Lycée Paul Belmondo, Arpajon; Lycée Edmond Michelet, Arpajon; EHPAD Le Village, Arpajon; the Multimedia Library, Breuillet; Community Centers, Breuillet; the Seniors Residence, Marolles-en-Hurepoix; the Multimedia Library Jean Farges, Marolles-en-Hurepoix; EHPAD Le Château, Villemoisson-sur-Orge; Les Érables Primary School, Villemoisson-sur-Orge; the Berthe Morisot Social and Cultural Center, Saint-Germain-lès-Arpajon in the framework of the Local Contract for Art Education signed between Cœur d'Essonne Agglomération with the Regional Direction of Cultural Affairs of Île-de-France and the Academy of Versailles, in partnership with the Department of Essonne, and with the support of the Institut français, Cité internationale des arts, ORF III, and Bundeskanzleramt Österreich.

---

GENERAL INFORMATION

CAC Brétigny
Centre d’art contemporain
Rue Henri Douard
91220 Brétigny-sur-Orge
+33 (0)1 60 85 20 78

Free admission.
Open from Tuesday to Saturday, 2pm–6pm.
Late openings during evening performances at Théâtre Brétigny.

By RER C from Paris (30 minutes):
Every 15 minutes, trains BALI, DEBA, DEBO, to Dourdan and Saint-Martin d’Étampes, the Brétigny stop.
From Brétigny station, follow the direction of Espace Jules Verne, take boulevard de la République, continue on Pl. Chevrier, take slightly to the right on rue Danielle Casanova, and at the rotary take the first exit to rue Henri Douard.

By car:
From Paris: A6 toward Lyon, exit Viry-Châtillon, Fleury-Mérogis, then Brétigny Centre.
From Evry: Francilienne toward Versailles, exit 39B, toward Brétigny.
From Versailles: Francilienne toward Evry, exit Brétigny centre.
For car-sharing, join the group BLABLACAC(B).

0 Commentaire Soyez le premier à réagir

Cac Brétigny Les prochaines sorties

Aucun événement prévu à Cac Brétigny pour le moment ! Vous souhaitez créer un événement à Cac Brétigny ?

Événements similaires

Aucun événement prévu à Cac Brétigny pour le moment ! Vous souhaitez créer un événement à Cac Brétigny ?