GAËL BONNEFON : ELEGY FOR THE MUNDANE - LE CHATEAU D'EAU

La réalité se présente chez lui comme une suite incessante d’effacements et de métamorphoses, faisant se lever un doute sur la véritable nature de toute présence. Les images de Gaël Bonnefon sont donc altérées, fantomatiques, ambiguës. Une tension se crée entre espaces du dehors et territoires de l’intériorité. Le traitement rock, presque sauvage, de la pellicule argentique agit sur le spectateur comme une invitation à perdre ses certitudes, et établir un autre rapport à son environnement, intense, aventureux. Guetteur d’apparitions, Gaël Bonnefon sait que l’attention qu’il porte au plus banal sera porteuse d’inouï. Gouverné par une vision tragique, il ne cesse de reformuler, d’augmenter, de recommencer un travail commencé il y a plus de dix ans qui explore les interstices, entre visible et invisible, là où la vie ordinaire révèle ses parts d’ombres. Un travail qui évolue au fil des années mais dont l’écriture conserve une même cohérence : ici, les paysages (cascades, forêts ou grandes étendues désertes…) vibrent avec la même force et la même intensité que les scènes ou les portraits de personnes usées, éreintées, à bout de souffle, mais bien vivantes. Elegy for the Mundane est un choix dans le corpus quotidiennement récolté durant cette dernière décennie par l’artiste. De ses images iconiques qui l’on fait connaître à celles récemment produites en passant par les captures cinématographiques en plans fixes ouvrant vers d’autres émotions, cet ensemble donne à voir des images sans tenir compte de la chronologie ou du contexte de la prise de vue. Tissant les fils d’une démarche questionnant tout autant le medium que le rapport au réel, il révèle en cela la personnalité d’un auteur et l’intensité poétique de son écriture visuelle. Cette exposition fait écho au livre éponyme, réalisé par David Fourré des éditions Lamaindonne.

0 Commentaire | Soyez le premier à réagir


Du au - Tous les jours de 13h à 19h sauf le lundi.
De 2,50 € à 4,00 €
0 participant / 0 interessé