(appel) APPEL DES SOULEVEMENTS DE LA TERRE,à reprendre les terres et à bloquer les industries qui les dévorent - en ligne et sur le terrain

Du au

De 10h00 à 17h00

en ligne et sur le terrain

Parce que tout porte à croire que c'est maintenant ou jamais, nous avons décidé d'agir ensemble.

Nous avons besoin d'air, d'eau, de terre et d'espaces libérés pour explorer de nouvelles relations entre humains comme avec le reste du vivant.

Venu·es de toute la France, nous étions plus d'une centaine à nous retrouver à Notre-Dame-des-Landes le mois dernier. De sensibilités, de parcours et d'horizons très différents, un constat commun nous rassemble :

1 - La question foncière est à la croisée de la fin du monde et de la fin du mois, de la planète des écologistes et de la terre des paysans. Dans les dix ans à venir, la moitié des exploitant·es agricoles de France va partir à la retraite. Concrètement, près d'un tiers de la surface du territoire national va changer de main. C'est le moment ou jamais de se battre pour un accès populaire à la terre, pour restaurer partout les usages et les égards à même d'en prendre soin.

2 - Quoi qu'on puisse en penser ou en attendre, l’État laisse le champ libre au ravage marchand de la terre. Il organise le contournement des régulations foncières et environnementales qu'il a lui même instituées. En guise de verdissement publicitaire, Macron rebondit sur la proposition de la convention citoyenne sur le climat d’organiser un referendum pour "inscrire la défense de l'environnement dans la constitution". Mais le même refuse d'interdire glyphosate et néonicotinoïdes. Le même s'apprête à bétonner à tour de bras en vue des JO de 2024. Il est grand temps d'établir un rapport de force pour faire redescendre l'écologie sur terre.

3 - Nos luttes comme nos alternatives sont absolument nécessaires mais, séparées les unes des autres, elles sont impuissantes. Syndicalisme paysan, mouvements citoyens, activismes écologiques, agitations autonomes, luttes locales contre des projets nuisibles, ne parviennent, seuls, à renverser la situation. Il est nécessaire d'unir nos forces pour impulser et inventer des résistances nouvelles, à la mesure du ravage auquel nous assistons stupéfait·es.

L'incertitude produite par la crise sanitaire ne doit pas nous empêcher de nous projeter et de nous organiser sur le long terme. Nous voulons faire advenir des soulèvements pour la défense de la terre comme bien commun. Nous voulons arracher des terres à l'exploitation capitaliste pour constituer des espaces libérés, propices à une multiplicité d'usages communs, de relations et d'attachements. Nous voulons défendre le monde vivant grâce à une agroécologie paysanne et solidaire, à la protection des milieux de vie et à une foresterie respectueuse. Appel à reprendre les terres et à bloquer les industries qui les dévorent

Nous ne croyons pas dans une écologie à deux vitesses dans laquelle une minorité se targue de manger bio et de rouler en 4x4 hybride tandis que la majorité est contrainte de faire des jobs subis, de longs trajets quotidiens et de manger low-cost. Nous n'acceptons pas que les exploitants agricoles soient réduits au rang de sous-traitants sur-équipés et sur-endettés de l'industrie agroalimentaire. Nous ne nous résoudrons pas à contempler la fin du monde, impuissant·es, isolé·es et enfermé·es chez nous.

Cela commence par trois gestes :

1- Pour faire cesser le ravage, nous appelons à enclencher le frein d'urgence, à concentrer nos forces pour cibler, bloquer et démanteler trois des industries toxiques qui dévorent la terre : celles du béton, des pesticides et des engrais de synthèse. Nous nous retrouverons en juin et à l'automne pour des grosses actions de blocage d'industrie.

2 - Remettre la terre entre nos mains et l'arracher des griffes des accapareurs exige que nous soyons chaque jour plus nombreux à remettre les mains dans la terre. Des centres urbains jusqu'aux confins des périphéries, nous appelons à des reprises de terres, par l'installation paysanne, le rachat en commun ou l'occupation. Nous nous retrouverons dès ce printemps pour des actions d'occupations de terres contre l'artificialisation.

3 - Pour restituer aux habitant·es et aux paysan·nes de chaque localité le pouvoir de décider de l'attribution, l'usage et la destination des terres, nous appelons à s'introduire en masse, chaises en main, dans les diverses institutions et lieux de pouvoir où se décide sans nous le devenir de la Terre. Nous ne pouvons laisser plus longtemps ce pouvoir entre les mains de la FNSEA et de l'agroindustrie, des aménageurs et des bétonneurs. Nous nous retrouverons à partir de la rentrée prochaine pour occuper ces lieux de décision.

La première saison des soulèvements de la Terre sera marquée par une première vague d'occupations de terres et de blocages contre le bétonnage : 27 mars aux Vaites à Besançon (jardins populaires vs extension urbaine), les 10 et 11 avril à Rennes à la Prévalaye (cultures collectives vs métropole), les 22 et 23 mai au Pertuis en Haute-Loire (paysans expropriés vs construction d'une déviation routière), les 19-20-21 juin à St-Colomban en Loire-Atlantique (défense du bocage menacé par les carrières de sable et le maraîchage industriel), au cours du printemps sur le plateau de Saclay dans l’Essonne (terres agricoles vs technopole), à partir du 29 juin (semaine d'actions de blocages d'envergure et simultanées ciblant l'industrie de la construction et du Grand Paris). (semaine d'actions de blocages d'envergure et simultanées ciblant l'industrie de la construction et du Grand Paris). Les 3-4 juillet, un grand rassemblement festif aura lieu pour célébrer la fin de la saison 1 sur des terres à défendre en Île-de-France

La seconde saison des soulèvements de la Terre s'ouvrira en septembre par une marche populaire jusqu'aux portes du ministère de l'agriculture et de l'alimentation à Paris. Elle sera prolongée tout au long de l'automne et de l'hiver par des actions de réappropriation dans les institutions et des blocages des industries qui empoisonnent les terres.

PREMIERS SIGNATAIRES (pour signer : [email protected]) :

la Confédération Paysanne France,Mouvement des coopératives Longo Maï, Nature et Progrès, Pôle INPACT (Initiative pour une Agriculture Citoyenne et Territoriale), le RAF (le Réseau pour les Alternatives Forestières),Domaine Les Déplaude de Tartaras (42),Alternatiba ANV COP 21 Besancon, Amis de la Terre France,Les faucheurs Volontaires (69/42), la lutte des sucs : le collectif contre la RN88 de Haute-Loire (43),XR France, XR PEPPS, XR Poitiers, XR Besançon, Youth For Climate France,Alain Damasio (écrivain), Alain Jugnon (philosophe), Alessandro Pignocchi (auteur de BD),Audrey Vernon (comédienne), Aurélie Trouvé (porte parole d’Attac), Baptiste Morizot (enseignant chercheur, écrivain),Corinne Morel Darleux (écrivaine)Emilie Hache (philosophe)Isabelle Fremaux (art-activiste),Jean-Baptiste Fressoz (historien), Jean-Louis Tornatore (anthropologue),José Bové,

0 Commentaire Soyez le premier à réagir

en ligne et sur le terrain Les prochaines sorties

Aucun événement prévu à En Ligne Et Sur Le Terrain pour le moment ! Vous souhaitez créer un événement à En Ligne Et Sur Le Terrain ?

Événements similaires

"Savoir-faire et création" au cimetière de Grosrouvre

- - De 14h00 à 18h00
Cimetière et église de Grosrouvre , Grosrouvre

"Trans de Vie" - atelier de sensibilisation sur la transphobie

- De 14h00 à 17h00
Maison Départementale de Lutte contre les Discriminations , Marseille

▲COMPLET▲ Carte Blanche à Henri FLORENS

- De 18h30 à 20h30
Roll'Studio , Marseille

1996. Kenneth Goldsmith

- - De 12h00 à 18h00
Château de Montsoreau - Musée d'art contemporain , Montsoreau

19ÈME ÉDITION : LOZÈRE TRAIL

-
Gorges du Tarn Causses , Gorges du Tarn Causses

24h d'Endurance Tondeuses

-
Les Petites-Armoises , Les Petites-Armoises

24h d'Endurance Tondeuses

-
Les Petites-Armoises , Les Petites-Armoises
Plus (7 / 293)